L'Imitation de Jésus-Christ

Traduction de Lamennais

Livre quatrième - Du sacrement de l'Eucharistie

7. De l'examen de conscience, et de la résolution de se corriger

Voix du Bien-Aimé

  1. Sur toutes choses, il faut que le prêtre qui se dispose à célébrer les saints mystères, à toucher et à recevoir le corps de Jésus-Christ, s'approche de ce sacrement avec une profonde humilité de coeur, un respect suppliant, une pleine foi et une pieuse intention d'honorer Dieu.
    Examinez avec soin votre conscience et autant que vous le pourrez, purifiez-la par une contrition véritable et par une humble confession; de sorte que, délivré du poids de vos fautes, exempt de troubles et de remords, vous puissiez librement venir à moi.
    Ayez une vive douleur de tous vos péchés en général; déplorez en particulier ceux que vous commettez chaque jour; et si le temps vous le permet, confessez à Dieu dans le secret du coeur toutes les misères qui sont le fruit de vos passions.
  2. Affligez-vous et gémissez d'être encore sous l'empire de la chair et du monde;
    Si peu occupé de mourir à vos inclinations; si agité par les mouvements de la concupiscence;
    Si peu exact à veiller sur vos sens; si souvent séduit par de vains fantômes;
    Si enclin à vous répandre au-dehors; si négligent à rentrer en vous-même;
    Si porté au rire et à la dissipation; si dur quand vous devriez verser des larmes de componction;
    Si prompt à vous livrer au relâchement et à la mollesse; si lent à embrasser une vie austère et fervente;
    Si curieux de nouvelles et de ce qui attire les regards par sa beauté; si plein de répugnance pour ce qui abaisse et humilie;
    Si avide de beaucoup savoir; si avare pour donner, si ardent à retenir;
    Si inconsidéré dans vos discours; si impuissant à vous taire;
    Si déréglé dans vos moeurs; si indiscret dans vos actions;
    Si intempérant dans le manger et le boire; si sourd à la parole de Dieu;
    Si convoiteux de repos; si ennemi du travail;
    Si éveillé pour des récits frivoles; si appesanti par le sommeil durant les veilles saintes, si pressé d'en voir la fin, si peu attentif en y assistant;
    Si dissipé en récitant l'office divin, si tiède en célébrant, si aride dans la Communion;
    Si aisément distrait; si rarement bien recueilli;
    Si tôt ému de colère; si prompt à blesser les autres;
    Si enclin à juger le mal; si sévère à le reprendre;
    Si enivré de joie dans la prospérité; si abattu dans l'adversité;
    Si fécond en bonnes résolutions, et si stérile en bonnes oeuvres.
  3. Après avoir confessé et déploré avec une grande douleur et un vif sentiment de votre faiblesse ces défauts et tous les autres qui peuvent être en vous, formez un ferme propos de vous corriger et d'avancer dans la vertu. Offrez-vous ensuite avec une pleine résignation et sans aucune réserve sur l'autel de votre coeur, comme un holocauste perpétuel; en l'honneur de mon nom, m'abandonnant entièrement le soin de votre corps et de votre âme, afin d'obtenir ainsi la grâce de célébrer dignement le saint Sacrifice et de recevoir avec fruit le Sacrement de mon corps.
  4. Car il n'est point d'oblation plus méritoire ni de satisfaction plus grande pour les péchés, que de s'offrir soi-même sincèrement à Dieu en lui offrant, à la messe et dans la communion, le Corps de Jésus-Christ.
    Si l'homme fait ce qui est en lui et s'il a un vrai repentir toutes les fois qu'il s'approche de moi pour demander grâce et miséricorde: j'en jure par moi-même, dit le Seigneur, je ne me souviendrai plus de ses péchés, et ils lui seront tous pardonnés; car je ne veux point la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive.

Chapitre précédentSommaireChapitre suivantRéflexioncontact26-02-2010

 

( )