L'Imitation de Jésus-Christ

Traduction de Lamennais
Réflexion de Lamennais - Livre 4, Chapitre 1
Tout ce qu'offrait de plus grand, de plus imposant, de plus saint le culte de l'ancienne alliance, n'était qu'une légère ombre des mystères de l'Homme-Dieu. David célèbre avec pompe le retour de l'arche à Jérusalem; mais cette arche était vide; elle ne renfermait pas le Sauveur du genre humain. Salomon bâtit un temple magnifique; il en fait, en présence du peuple saisi de respect, la dédicace solennelle: des victimes sans nombre sont immolées; mais ces victimes, qu'est-ce ? De vils animaux dont le sang ne peut apaiser la souveraine justice. Le monde demeurait dans l'attente du salut annoncé, lorsque voilà qu'au moment prédit s'accomplissent les promesses aperçues et saluées de loin par les Patriarches durant leur pèlerinage sur la terre. Le Désiré des nations, le Dominateur, l'Ange de l'alliance, Celui dont le nom est JEHOVAH, vient dans son temple, et le vrai sacrifice de propitiation remplace à jamais les sacrifices figuratifs.

Au fond du tabernacle, sous les voiles du sanctuaire, repose l'Hostie toujours vivante, l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde; le même qui est assis à la droite du Père, est là présent, et sa voix nous appelle: Prenez et mangez, ceci est mon corps: buvez, ceci est mon sang, le sang de l'alliance nouvelle, répandu pour la rémission des péchés. Mangez, ô mes amis ! Buvez, enivrez-vous, mes bien-aimés ! Vous tous qui avez soif, venez à la source dont les eaux rejaillissent de l'éternelle vie.

Ceux qui, refusant de se désaltérer à cette source pure, s'en vont chercher à l'écart des eaux furtives, Dieu leur prépare un breuvage assoupissant, et leurs yeux se ferment. Dans ce sommeil, il leur semble qu'ils ont faim et qu'ils mangent, et au réveil leur âme est vide. Altérés, ils rêvent qu'ils boivent; et ils se réveillent pleins de lassitude et ils ont encore soif, et leur âme est vide. Venez donc: je suis le pain de vie; celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour.

Seigneur, je crois et j'adore: mon âme, haletante de désir, s'élance vers vous; et puis soudain une grande frayeur l'arrête: car, hélas ! Que suis-je pour oser m'approcher de mon Dieu ? Quand je considère mes souillures, ma bassesse et ma misère profonde, je n'ai plus qu'un sentiment, qu'une parole: Retirez-vous de moi, parce que je suis un homme pécheur. Cependant, ô Jésus ! Ce sont les pécheurs que vous êtes venu appeler, et non pas les justes. Et c'est pourquoi, frappant ma poitrine, et implorant votre miséricorde, je me lèverai et j'irai: j'irai avec une foi vive, avec un ardent amour, vers le Fils, le Verbe, splendeur de la gloire de Dieu, et figure de sa substance, vers le Sauveur divin, qui nous purifie de nos péchés, qui s'incorpore à sa créature, pour l'élever jusqu'à lui: j'irai, et je dirai: Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez en moi; mais dites seulement un mot, et mon âme sera guérie.

 

 

( )