L'Imitation de Jésus-Christ

Traduction de Lamennais
Réflexion de Lamennais - Livre 3, Chapitre 59
Quand on a tout parcouru, tout entendu, tout vu, il faut en revenir à cette parole qui renferme toute sagesse et toute perfection: DIEU SEUL.
"Considérez, disait un humble religieux de saint François, des mille millions de créatures plus parfaites que celles qui sont à présent, tant dans les voies de la nature que dans les voies de la grâce. Réitérez à l'infini votre multiplication et comparez ensuite ces créatures si parfaites au grand Dieu des éternités; dans cette vue, elles deviennent à rien.
Je prenais, ajoutait-il, un grand plaisir à cette multiplication; et de voir qu'en même temps que l'Etre de Dieu paraissait, ces créatures qui se montraient si excellentes et si pleines de gloire, se retiraient d'une rapidité incroyable dans leur centre, qui est le néant. Et voyant que le grand Dieu était en moi, et plus en moi que je n'y étais moi-même, j'en ressentais une joie inexplicable, et je ne pouvais comprendre comment il était possible d'avoir Dieu en soi et partout au dehors de soi, et de s'occuper des créatures. J'étais ravi qu'il fut seul éternel, seul immuable, seul infini, et je vous dis en vérité, qu'en disant: En mon Dieu tout est Dieu, ma volonté était touchée d'un si grand et si ardent amour, qu'il me semblait que tout l'être créé disparaissait devant moi, et qu'à jamais je ne serais plus occupé que de Dieu seul.
Je ne puis expliquer l'infinie jubilation de mon coeur à la vue de ses immenses perfections; mais voyant ses grandeurs incompréhensibles, et, d'autre part, mon néant avec toutes les misères qui l'accompagnent, j'allais de l'infini à l'infini, et je me trouvais incapable, de l'infini à l'infini, de l'aimer comme je l'aurais voulu, ce qui me faisait souffrir inénarrablement: car plus je me trouvais impuissant à l'aimer d'un amour réciproque, plus un secret amour me dévorait intérieurement. Alors j'allais chercher des secrets dans ma bassesse, comme navré et enivré d'amour, ne connaissant pas ce que je faisais; et, chose étrange, dans ce travail de l'âme, ces saillies de l'infini en perfection à l'infini de ma bassesse m'étaient autant de feux d'amour qui me consumaient de leurs ardeurs !"

 

 

( )