L'Imitation de Jésus-Christ

Traduction de Lamennais

Livre troisième - De la vie intérieure

47. Qu'il faut être prêt à souffrir pour la vie éternelle tout ce qu'il y a de plus pénible

  1. Jésus-Christ: Mon fils, que les travaux que vous avez entrepris pour moi ne brisent pas votre courage, et que les afflictions ne vous abattent pas entièrement; mais qu'en tout ce qui arrive, ma promesse vous console et vous fortifie.
    Je suis assez puissant pour vous récompenser au-delà de toutes bornes et de toute mesure.
    Vous ne serez pas longtemps ici dans le travail, ni toujours chargé de douleurs.
    Attendez un peu et vous verrez promptement la fin de vos maux.
    Une heure viendra où le travail et le trouble cesseront.
    Tout ce qui passe avec le temps est peu de chose et ne dure guère.
  2. Faites ce que vous avez à faire; travaillez fidèlement à ma vigne, et je serai moi-même votre récompense.
    Ecrivez, lisez, chantez mes louanges, gémissez, gardez le silence, priez, souffrez courageusement l'adversité; la vie éternelle est digne de tous ces combats, et de plus grands encore.
    Il y a un jour connu du Seigneur où la paix viendra; et il n'y aura plus de jour ni de nuit comme sur cette terre mais une lumière perpétuelle, une splendeur infinie, une paix inaltérable, un repos assuré.
    Vous ne direz plus alors: Qui me délivrera de ce corps de mort ? Vous ne vous écrierez plus: Malheur à moi, parce que mon exil a été prolongé ! car la mort sera détruite, et le salut sera éternel; plus d'angoisse, une joie ravissante, une société de gloire et de bonheur.
  3. Oh ! si vous aviez vu, dans le ciel, les couronnes immortelles des saints ! de quel glorieux état resplendissent ces hommes que le monde méprisait et regardait comme indignes de vivre ! aussitôt, certes, vous vous prosterneriez jusque dans la poussière, et vous aimeriez mieux être au-dessous de tous qu'au-dessus d'un seul.
    Vous ne désireriez point les jours heureux de cette vie; mais plutôt vous vous réjouiriez de souffrir pour Dieu, et vous regarderiez comme le plus grand gain d'être compté pour rien parmi les hommes.
  4. Oh ! si vous goûtiez ces vérités, si elles pénétraient jusqu'au fond de votre coeur, comment oseriez-vous vous plaindre, même une seule fois ?
    Est-il rien de pénible qu'on ne doive supporter pour la vie éternelle ?
    Ce n'est pas peu de gagner ou de perdre le royaume de Dieu.
    Levez donc les yeux au ciel. Me voilà, et avec moi tous mes saints; ils ont soutenu dans ce monde un grand combat; et maintenant ils se réjouissent, maintenant ils sont consolés et à l'abri de toute crainte, maintenant ils se reposent, et ils demeureront à jamais avec moi dans le royaume de mon Père.

Chapitre précédentSommaireChapitre suivantRéflexioncontact26-02-2010

 

( )