L'Imitation de Jésus-Christ

Traduction de Lamennais
Réflexion de Lamennais - Livre 3, Chapitre 26
En voyant combien les hommes sont enfoncés dans la vie présente, l'importance qu'ils attachent à tout ce qui s'y rapporte, le désir qui les consume d'amasser des biens et de s'en assurer la perpétuelle jouissance, croirait-on jamais qu'ils soient persuadés que cette vie doive finir, et finir sitôt ?

Dans leurs longues prévoyances, ils n'oublient rien que l'éternité: elle seule ne les touche en aucune manière, ou les touche si faiblement, qu'à peine y songent-ils de loin en loin et avec ennui, dans les coeurts intervalles des plaisirs ou des affaires. Profonde pitié, et que l'exemple qu'ils ont reçu du Sauveur est différent ! Il a passé sur la terre comme un homme errant, comme un voyageur qui se détourne pour se reposer un peu. Voilà notre modèle. L'homme qui se met en voyage n'emporte que ce qui lui est nécessaire pour la route: ainsi dans notre voyage vers le ciel, nous devons n'user des choses d'ici-bas que pour la simple nécessité, et ne voir dans ce qui est au-delà qu'un fardeau souvent dangereux, et au moins toujours inutile.

Que faut-il à celui qui passe ? Le voyageur altéré approche ses lèvres de la fontaine, et étanche sa soif de l'eau la plus proche; il s'assied contre le premier arbre qu'il rencontre sur le bord du chemin et puis, ayant repris ses forces, il recommence à marcher. Une seule pensée l'occupe, celle d'achever promptement sa coeurse. Ira-t-il attacher son âme aux objets divers qui frappent ses regards à mesure qu'il avance, et se tourmenter de mille soins pour se former un établissement stable dans le pays qu'il traverse et qu'il ne reverra jamais ? Or nous sommes tous ce voyageur.

Que m'importe la terre, ô mon Dieu ! Que m'importe ce lieu étranger d'où je sortirai dans un moment ! Je vais à la maison de mon Père; le reste ne m'est rien. Le travail, la fatigue qu'est-ce que cela, pourvu que j'arrive au terme où aspirent tous mes voux ! Mon âme a défailli de joie, mon coeur et ma chair ont tressailli de joie dans l'attente du Dieu vivant. Vos autels, Dieu des vertus, mon Roi et mon Dieu ! Vos autels !.heureux ceux qui habitent dans la maison du Seigneur !

 

 

( )