L'Imitation de Jésus-Christ

Traduction de Lamennais

Livre deuxième - Instruction pour avancer dans la vie intérieure

5. De la considération de soi-même

  1. Nous ne devons pas trop compter sur nous-mêmes, parce que souvent la grâce et le jugement nous manquent.
    Nous n'avons en nous que peu de lumière, et ce peu, il est aisé de le perdre par négligence.
    Souvent nous ne nous apercevons pas combien nous sommes aveugles au-dedans de nous.
    A de mauvaises actions souvent nous donnons de pires excuses.
    Quelquefois nous sommes mus par la passion et nous croyons que c'est par le zèle.
    Nous relevons de petites fautes dans les autres et nous nous en permettons de plus grandes.
    Nous sentons bien vite et nous pesons ce que nous souffrons des autres; mais tout ce qu'ils ont à souffrir de nous, nous n'y songeons point.
    Qui se jugerait équitablement soi-même, sentirait qu'il n'a droit de juger personne sévèrement.
  2. L'homme intérieur préfère le soin de soi-même à tout autre soin: et lorsqu'on est attentif à soi, on se tait aisément sur les autres.
    Vous ne serez jamais un homme intérieur et vraiment pieux, si vous ne gardez le silence sur ce qui vous est étranger, et si vous ne vous occupez principalement de vous-même.
    Si vous n'avez que Dieu et vous-même en vue, vous serez peu touché de ce que vous apercevrez au-dehors.
    Où êtes-vous quand vous n'êtes pas présent à vous-même ? Et que vous revient-il d'avoir tout parcouru, et de vous être oublié ?
    Si vous voulez posséder la paix et être véritablement uni à Dieu, il faut laisser là tout le reste, et ne penser qu'à vous seul.
  3. Vous ferez de grands progrès si vous vous dégagez de tous les soins du temps.
    Vous serez, au contraire, fatigué bien vite, si vous comptez pour quelque chose ce qui n'est que de ce monde.
    Qu'il n'y ait rien de grand à vos yeux, d'élevé, de doux, d'aimable, que Dieu seul, ou ce qui vient de Dieu.
    Regardez comme une pure vanité toute consolation qui repose sur la créature.
    L'âme qui aime Dieu méprise tout ce qui est au-dessous de Dieu.
    Dieu seul, éternel, immense et remplissant tout, est la consolation de l'âme et la vraie joie du coeur.

Chapitre précédentSommaireChapitre suivantRéflexioncontact26-02-2010

 

( )